Villefranche-de-Lauragais. Pose de la première pierre du crématorium

Ce jeudi 29 octobre, la municipalité villefranchoise et son maire Bernard Barjou accompagnés de plusieurs élus intercommunaux et départementaux ont procédé à la pose de la première pierre du crématorium villefranchois aux côtés des représentants du groupe OGF, leader des services funéraires en France. Cette cérémonie lance pour ainsi dire le démarrage officiel de ce projet de Haute Qualité Environnementale qui privilégiera les matériaux issus d’entreprises locales (briques, parpaings, menuiseries intérieures et extérieures).

Son financement, sa construction et son exploitation ont été confiés à l’issue de procédure d’attribution de délégation de service public, au groupe OGF qui pourra exploiter cet établissement pendant une durée de 35 ans avec – selon les projections envisagées par le prestataire – une activité de 500 à 600 crémations par an. L’exécution du chantier sera suivie par l’architecte toulousain Christophe Pelous qui a dessiné le bâtiment.

Son implantation est prévue sur un ensemble de 4 parcelles de 12 000m² sur la zone économique de la Camave III. Sa physionomie d’ensemble suit l’organisation suivante : au nord, le terrain sera occupé par un parking ainsi que par des espaces piétonniers permettant de rejoindre le crématorium. Sur la partie centrale, le bâtiment principal sera devancé par un belvédère de « rencontres et retrouvailles », qui permettra aux proches de se retrouver. Au sud, un jardin du souvenir sera accessible par une entrée privée et offrira la possibilité aux familles de se recueillir et de procéder à la dispersion des cendres. À l’intérieur, le crématorium sera composé d’une salle de cérémonie de 150m² et d’une salle de convivialité de 80m². Cette dernière sera à disposition des familles, afin d’organiser des moments d’échange et de partage après la cérémonie. Une salle de remise des urnes et de visualisation seront également proposées. Ce futur crématorium dont la mise en service est prévue au 1er semestre 2021, est annoncé comme évolutif avec au départ l’usage d’un four unique « 100 % non polluant » pouvant s’étendre vers les réserves foncières à un second four d’ici 12 à 15 ans selon la montée en puissance de l’activité.

Article original sur « La Dépèche »

https://www.ladepeche.fr/2020/10/31/pose-de-la-premiere-pierre-du-crematorium-9174192.php